Pièges et arguments pour négocier une expatriation

Depuis quelques temps, vous pensez peut-être partir vivre ailleurs avec famille et bagages sous les bras. Pour transformer ce rêve d’expatriation en réalité, vous prenez le taureau par les cornes: vous décidez d’en parler à votre employeur ou vous glissez cet article sous le nez de votre cher et tendre!

Comment mettre toutes les chances de votre côté, éviter les pièges pour obtenir un poste en expatriation ?

1) Dans un premier temps, faites le point sur vos motivations.

Vous serez d’autant plus convaincant que le projet sera clair dans votre tête.

Vous avez des raisons négatives, ce sont celles que l’on trouve le plus facilement! Vous voulez fuir quelque chose, changer de scène…Vous n’aimez plus votre travail, votre carrière est bloquée, vous ne supportez plus un collègue, vous vous ennuyez, vous ne vous sentez pas à l’aise dans votre région (climat rude, trop loin de la mer, de la montagne, de la famille)…

Attention, si votre couple bat de l’aile, partir à l’étranger n’est pas une bonne solution, le taux de divorce est encore plus élevé en expatriation. Ne pas tomber non plus dans le piège de présenter les raisons négatives comme étant les raisons du départ ! Vous avez toutes les chances de rendre votre interlocuteur méfiant sur vos chances de réussite en expatriation.

A transformer en bonnes raisons de partir… Vous n’aimez plus votre travail actuel, alors demandez-vous ce que vous voulez à la place ! Est-ce découvrir d’autres techniques ? Travailler de façon plus autonome ? Collaborer en équipe ? Pour chaque raison négative, prenez le temps de réfléchir et noter ce que vous aimeriez faire à la place.

Vous avez des aspirations profondes… Les motivations à la mobilité internationale sont nombreuses. Voici les résultats d’une enquête publiée dans le livre « S’expatrier en toutes connaissances de cause » de Jean-Luc Cerdin.

77% des personnes souhaitent un développement professionnel
65% partent par défi personnel, le goût de l’aventure
62% pour l’argent
56 % pour la situation géographique, l’exotisme de la destination, la qualité de vie.
45% pour augmenter leur chance de promotion après l’expatriation.

Quelles sont les vôtres ?


2) Puis listez vos qualités et vos expériences de globe-trotter !

Les qualités qui facilitent la réussite d’une expatriation: adaptabilité, grande curiosité , ouverture d’esprit, goût pour apprendre de nouvelles techniques ou de nouvelles méthodes d’organisation, le goût des langues, maîtrise de soi et de ses émotions, bonne gestion du stress, sens de l’humour pour dédramatiser les petites et grandes difficultés. Vous donnerez des exemples convaincants pour les illlustrer et les rendre crédibles!

Vos expériences de globe-trotter ou de travail multiculturel vont rassurer sur vos capacités à réussir dans un poste à l’étranger. Vous avez travaillé dans une équipe multiculturelle ? Vous avez fait des études en Erasmus, un stage à l’étranger? Vous connaissez déjà les USA ? Vous avez de la famille en Inde… Parlez de votre expérience multiculturelle, détaillez ce que vous en avez appris, ce que vous appréciez dans cette autre culture.


3) Ensuite, vous avez intérêt à évaluer les réelles possibilités de partir…

Faites des recherches Quels sont les destinations possibles au sein de l’entreprise, les types de postes recherchés ?

Qu’êtes-vous prêt à accepter ? Votre entreprise a peut-être de nombreuses succursales à l’étranger… Le piège serait de ne pas oser faire le tri dans les destinations. Si un poste en Asie ne vous convient pas, ou si votre conjoint refuse d’aller vivre à Dubaï, il vaut mieux le préciser lors de votre entretien.

De même, si vous avez des enfants adolescents, réfléchissez à leur scolarisation, et vérifiez s’il y a des écoles françaises ou internationales non loin des destinations visées. Cela évitera à votre interlocuteur de perdre son temps à vous trouver des postes que vous allez refuser par la suite ! Rien de tel pour faire capoter un projet d’expatriation.


4) Maintenant, mettez-vous à la place de votre employeur
Quel intérêt a-t-il à vous envoyer à l’étranger ?

Vous serez un pivot pour favoriser les synergies entre unités de travail, fluidifier les échanges d’information, faciliter les transferts de méthodologie ou d’expertise, tisser des liens d’amitiés et de travail entre la France et les autres unités du monde…

Vous allez développer des compétences utiles à l’entreprise sur le long terme, à votre retour en France: maîtrise de langues étranges, compétences multiculturelles, compétences techniques…

5) Choisissez le bon moment pour en parler!

Partir à l’étranger s’inscrit dans un projet de carrière à moyen terme. Vous allez rarement obtenir un poste du jour au lendemain ! Vous pouvez évoquer vos souhaits de carrière à l’étranger lors des entretiens d’évaluation avec votre supérieur, et/ ou avec la DRH.

Attention cependant à ne pas le crier sur les toits si vous en parlez avec le DRH ou directement avec une succursale étrangère et pas avec votre supérieur : il pourrait s’en offusquer !


EN CONCLUSION…
Comme pour une négociation pour changer de poste, vous devez d’abord soigneusement préparer vos arguments, réfléchir à votre projet. Ensuite, à vous de jouer pour parler avec conviction, chaleur et passion de votre projet. Vous devez donner des raisons de penser que vous êtes un ou une candidate solide, qui a toutes les chances de réussir une expatriation à l’étranger.
Bonne chance!

Pour préparer cet entretien et mettre au clair vos motivations, un travail de réflexion avec un coach peut être vraiment utile.
Contactez-moi.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *